L'histoire de Conteville

Guillaume le Conquérant
Moyen-Âge
L'abbé Rever
Assemblée législative 1792
Jean Revel
Guerre Franco-Prusse 1870
Francis Mouchet
Bataille de Normandie 1945
Conteville (Eure) Le Bourg
Conteville (Eure) Le Bourg
Conteville (Eure) Le Bourg
Conteville (Eure) Le Bourg

Conteville et le duché de normandie

La naissance à Falaise de Guillaume le Bâtard

Au tout début de l’année 1027, âgé alors de 16 ans, Robert le Magnifique remarque, au retour d’une chasse, Arlette, une jeune femme du village de Falaise. Au printemps de 1027, Arlette devient la compagne officielle de Robert, qui ne l’épouse pas à l’Église : elle reste sa concubine.
De cette union Arlette donne naissance à un fils, Guillaume, bientôt surnommé Guillaume le bâtard. En 1035, alors qu’il a entrepris une croisade vers Jérusalem, Robert le Magnifique meurt à Nicée (en Asie Mineure). Il a 25 ans…
Son fils, Guillaume le Bâtard, alors âgé de 7 ans, devient le 7ème Duc de Normandie. Il prendra par la suite le nom de Guillaume le Conquérant.

Mais que se passe-t-il à Conteville ?

Suite à la mort de Robert, Arlette épouse, selon le rite chrétien, le seigneur Herluin de Conteville. Ils auront 3 enfants : Odon (futur évêque de Bayeux), Robert Comte de Mortain (l’un des meilleurs conseillers militaires de Guillaume) et Murielle, Comtesse d’Aumale.
Robert de Mortain succéda à son père dans la seigneurie de Conteville. Il mourut en 1090, et fut inhumé dans l’abbaye de Grestain, aux côtés de ses parents. Il laissa à sa mort 3 filles et un fils nommé aussi Guillaume, Comte de Mortain et de Conteville, réputé pour sa bravoure et sa générosité lors de la conquête de Normandie.
Peu de temps après, Conteville fit partie du Duché de Normandie.

L’abbé rever et le temps des découvertes

Marie François-Gilles Rever, nommé l’abbé François Rever (Dol de Bretagne 1753 - Conteville 1828)

Il est nommé, par l’évêque de Dol de Bretagne, curé de Conteville, après avoir été professeur de Philosophie à Dol et Angers.
Il devient maire de cette commune en 1790, lors de la Révolution française, et en juin de cette même année, il est administrateur du Conseil Général de l’Eure. En juin 1791, F.G.Rever devient député à la première assemblée législative. Cette assemblée tient sa dernière séance le 20 septembre 1792. Le lendemain, c’est la victoire de Valmy, la première séance de la Convention et la proclamation de la République Française.
La Convention crée les Ecoles Centrales. François Rever sera le fondateur de celle de l’Eure et de la bibliothèque d’Evreux.
Curieux et lettré, cet homme de science publie des mémoires d’Archéologie (Fouilles de Lillebonne) et d’Histoire Naturelle (Il est le créateur d’une variété de pommes qui portent encore son nom et dont la commune a fait son emblême).
Généreux, il prête une baignoire en cuivre aux pauvres, autorise les habitants à se servir de son pressoir, fonde un lit à l’hôpital de Pont-Audemer. Il meurt à l’âge de 75 ans après avoir offert tous ses biens à la commune et laisse une somme nécessaire pour creuser un puits.
En 1832, les habitants de Conteville édifieront une fontaine surmontée d’un globe terrestre sur la place du bourg en guise de remerciements.

Jean Revel, au service de la littérature normande

Jean Revel, écrivain, philosophe, voyageur, homme politique, Chevalier de la Légion d'honneur (Conteville 1848 - Conteville 1925)

Jean Revel, de son vrai nom Paul Toutain, écrivait la nuit et avait, le jour, la charge d’une étude notariale à Rouen. Il tenait fermement le masque du pseudonyme sur son visage et la plupart des Rouennais ignoraient sa double personnalité. Fondateur de l'École de notariat de Rouen en 1893, il présida la Chambre des notaires de Rouen entre 1902 et 1904. En 1896, il fut nommé président de la Société Normande de Géographie.
 
Tout comme son confrère normand, Guy de Maupassant, Revel a dépeint la vie quotidienne de la Normandie pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Ces deux auteurs normands n’ont certes pas eu le même destin littéraire, mais appartiennent tous les deux à la “génération de 1870“. Ils se caractérisent par leur vision proche de la nature, de la guerre : ils cherchent à décrire la guerre telle qu’elle est, telle qu'eux l’ont connue, sans toutefois raconter de souvenirs personnels. Il n’y a pas de message politique dans ces écrits littéraires. Jean Revel s'attache à l'univers des “petits“. Il décrit le soldat français typique de 1870, le “moblot“, comme joyeux et insouciant, faisant preuve de bravoure joviale, d’ingéniosité cocasse et bon enfant.
Sergent dans un bataillon de mobiles, Paul Toutain s'illustre personnellement pendant le conflit franco-prussien, en participant volontairement à la bataille des Moulineaux-Château-Robert, aux abords de Rouen.
Décédé à Conteville, il repose néanmoins au Cimetière Monumental de Rouen. Jean Revel possède une rue à son nom à Honfleur et à Rouen et une statue par Robert Delandre, dans le square Verdrel à Rouen.

La libération de Conteville en 1944

La Brigade Piron et Francis Mouchet

La Brigade Piron est une unité belge et luxembourgeoise qui participa, aux côtés des alliés, à la libération de la France, lors de la célèbre Bataille de Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale.
Les troupes belges de la brigade Piron passent à l’attaque le 17 août, dans le cadre de l’opération Paddle. Les troupes de soldats motorisées  longeront la côte de Franceville à Honfleur le 24 aôut, occupant chaque ville. Les blindés rejoignent le reste de la brigade le 26 août à Foulbec à 3 km de Conteville.
Le passage de la Brigade Piron en Normandie, et plus particulièrement sur la côte fleurie, a laissé de nombreuses traces  comme celles des cimetières américains ou de tombes. Dans son cimetière, la commune de Conteville entretient la tombe du soldat belge Francis Mouchet tombé sous les balles allemandes lors de la libération du village. Son histoire et sa jeunesse ont marqué les esprits.
Francis Mouchet est né le 27 septembre 1924 à Bruxelles. Lors de l’invasion allemande, il était étudiant en Droit à l’Université de Bruxelles.
Le 21 janvier 1943, à l’âge de 18 ans, il s’évade de la Belgique occupée par les nazis et tente de rejoindre les Forces Belges de Grande-Bretagne. Malheureusement, il est fait prisonnier par les Allemands et envoyé dans le grand nord norvégien. Néanmoins, le 28 février, à mi-chemin entre Oslo et Trondheim, il profite d’un ralentissement du convoi et, avec trois amis, se déjoue des gardiens et saute du wagon. Francis Mouchet et ses compagnons  poursuivent leur évasion dans la neige et le froid jusqu’en Suède, mais doivent attendre près d’un an avant de rejoindre Londres et les Forces Belges de Grande-Bretagne. Le 6 août 1944, avec la Brigade Piron, il traverse la Manche et débarque à Courseulles-sur-Mer.
La Brigade du Colonel Piron, intégrée à la 6ème division aéroportée britannique progresse vers Honfleur. Mais le 26 août 1944, dans le sanglant combat pour la libération de Conteville et Foulbec, Francis Mouchet est mortellement blessé. Ce soldat, l’un des plus jeunes du peloton, n’a pas hésité une seconde pour secourir ses camarades, pris sous le feu violent de l’ennemi. C’est en ramenant son troisième blessé qu’il est terrassé par une rafale de mitrailleuse. Il avait 19 ans.
Francis Mouchet a été inhumé au cimetière de Conteville. Pour son sacrifice héroïque, il a reçu à titre posthume la Croix de Guerre Française avec Etoile de Vermeil, par décision du Général de Gaulle.
En hommage à ses libérateurs et au sacrifice de Francis Mouchet la municipalité a baptisé l’école du village de son nom. L’école Francis Mouchet est aujourd’hui la première école de France à porter le nom d’un soldat allié.